Monter à cheval semble une pratique facile et à la portée de tout le monde, pourtant la conduite d’un cheval n’est pas vraiment une mince affaire, car elle a besoin de maitriser une certaine technique,  appelée « équitation », celle-ci figure à la fois en tant que sport, loisir ou art. L’équitation ne se fait pas toute seule, elle s’apprend avec le temps et avec beaucoup d’entrainement. Cette technique peut être accessible à tout le monde, les adultes avec les chevaux et les petits avec des poneys.

Que faut-il faire avant de monter sur un cheval ?

Pour tous ceux qui veulent se faire une petite montée à cheval, il est important de connaître les bases fondamentales de l’équitation avant de s’y lancer. En effet, la mauvaise pratique de cette technique peut s’avérer dangereuse. Donc, pour pratiquer l’équitation, il faut tout d’abord bien se renseigner sur la morphologie et l’anatomie du cheval. Il faut, par la suite, essayer d’établir une bonne relation avec le cheval grâce à la marche, cela aide à la création d’une confiance mutuelle avec sa monture. Il est à noter qu’avant de faire une montée à cheval, le cavalier doit, impérativement, connaître tous les équipement du cheval.

Comment monter sur un cheval ?

Pour une première montée, il est conseillé de choisir un cheval déjà dressé, car la montée sur un cheval trop jeune peut être difficile et risquée. L’endroit idéal pour apprendre est le centre équestre. Pour chevaucher, il faut installer un montoir (une marche/petit escalier) juste à côté de l’animal afin de monter sans difficulté sur le dos de ce dernier. Selon la tradition et les enseignements des écoles d’équitation, la mise en selle se fait toujours par la gauche. Une fois c’est fait, il est important de prendre les rênes dans la main gauche pour faire signe au cheval de ne pas bouger, attention ! Il ne faut surtout pas tirer les rênes sauf si le cheval tente de bouger. Une fois bien installé au dos de l’animal, il faut trouver son équilibre tout en prenant son temps calmement, laissez les poignets et les bassins souples afin de suivre les mouvements du cheval. Bien positionner les jambes et insérer le tiers de l’avant des pieds dans l’étrier. Avec quelques années de pratique, le cavalier peut s’inscrire aux concours d’équitation.

Les équipements du cheval lors de l’équitation 

Au cours de l’équitation, le cheval doit être protégé et soigné régulièrement. Des équipements qui ont déjà existé depuis des siècles et dont la plupart sont systématiquement rénovés pour la pratique du sport équestre. Les équipements du cheval ne sont autres que : la selle, l’étrier, le mors, le tapis de selle, les rênes et l’enrênement. La selle est une pièce qu’on place sur le dos de la monture et sur laquelle le cavalier se positionne, elle est parfois faite en cuir ou en matière synthétique. Elle est fixée par une sangle qui passe entre le ventre de l’animal et ses membres antérieurs. L’étrier quant à lui, permet au cavalier d’y glisser ses pieds pour bien se tenir en équilibre à dos du cheval, il est relié à la selle grâce aux étrivières réglables. Le tapis de selle est posé juste sous la selle pour protéger le dos du cheval contre les frottements de la selle. Les rênes sont un ensemble de lanières (en cuir ou en plastique) fixées sur la tête du cheval. Elles sont utilisées pour contrôler la direction et la vitesse de l’animal. Le mors quant à lui, est une pièce (en plastique ou en métal) inséré dans le museau du cheval et maintenu par la rêne. Enfin, l’enrênement est utilisé pour empêcher l’étalon d’avoir une attitude incommode.